Entretien avec Pape Ba Gahn : “Il nous faut plus développer notre propre modèle à nous en se basant sur nos propres besoins. “

Expert en Entrepreneuriat avec plus de 10 ans d’expérience dont 7 ans dans le développement de programmes en Entrepreneuriat pour les partenaires au développement et 3 ans dans l’incubation. Pape Ba GAHN a eu à travailler avec diverses organisations notamment ONG de la place et Incubateurs accompagnant les entrepreneurs.
Pape Ba GAHN avec son entretien avec l’équipe entrepreneurafricain.com nous donne son point de vue par rapport à l’environnement entrepreneurial africain et aussi africain de manière générale.

  • Bonjour, M. Pape Ba Gahn, Comment aidez-vous la communauté entrepreneuriale africaine avec vos activités et aussi plus particulièrement la communauté sénégalaise ?

Bonjour, je travaille dans l’accompagnement des projets notamment dans la formation en entrepreneuriat et l’appui dans la réalisation de business plans bancables pour la recherche de financement. J’offre aussi des formations axées sur l’innovation avec le design thinking pour permettre aux entrepreneurs de voir plus sur les aspects de «  Value proposition ».

  • Comment trouvez-vous l’écosystème entrepreneurial Sénégalais de manière générale 

Je le trouve encore dans ses balbutiements ça avance timidement avec des actions de part et d’autres. Nous avons des acteurs dans l’accompagnement, sur le financement et dans le suivi post financement qui peinent à se mettre en synergie mais je pense que ça va arriver. Pour le moment les actions sont disparates et chacun travaille à atteindre ses objectifs ce qui n’est pas mal au finish. Les projets naissent, se maintiennent avec un pourcentage de 20% qui dépassent la phase « critique » mais peinent à aller en croissance.

Voilà un peu le tableau de l’entrepreneuriat difficile à peindre en gros mais c’est ça la réalité.

  • Trouvez-vous que le Mindset de l’entrepreneur sénégalais est prêt pour attaquer le marché mondial ?

Pas vraiment je pense qu’il leur manque l’ouverture et surtout de l’innovation pour porter un produit qui fera des émulations au niveau mondial. On n’a pas encore réellement de champions mais je pense qu’avec de l’accompagnement et si l’on pousse plus loin on peut y arriver. Pour le moment nous avons des champions au niveau national et sous régional. Il nous faudra encore miser dans l’Innovation et l’Open Innovation en Entreprise  pour la pousser plus loin mais surtout dans le prototypage penser global pour pouvoir vendre une solution au niveau mondial comme go to link MPESA et USHAIHIDI du KENYA. Et cela il n’y a que l’innovation qui peut le faire quand on commencera à y penser peut-être que nous pourrions créer notre propre Uber, Facebook ou AIRBNB

  • Quelles sont les améliorations que l’Etat du Sénégal doit faire pour permettre aux entrepreneurs sénégalais d’être des champions au niveau continental ?

Mettre plus de fonds pour la partie financement mais aussi arriver à créer le Parcours de l’Entrepreneur Sénégalais avec à chaque niveau le service offert à temps et alignés. Pour cela il faut une mise en cohérence et une synergie des acteurs qui interviennent. Sans cela nous aurions plusieurs initiatives ou chacun travaillera en SILO alors que pour faire de l’impact en masse il faut travailler ensemble et de manière intelligente.

  • Le problème d’accès au financement présente-il réellement un facteur qui freine l’évolution des startups africaines ?

Oui souvent l’offre financière classique n’est pas adapté aux besoins et à la croissance des entrepreneurs. Donc la question du financement reste une problématique pour ceux qui sont en position d’amorçage. Mais également il y’a la question de l’accompagnement qui se pose surtout être accompagner à développer de vrai modèles économiques.

  • follow link Selon vous, les pays de l’Afrique francophone sont-ils prêtent à crée la prochaine Silicone Valley ?

Sillicon Valley ! je pense qu’il nous faut plus développer notre propre modèle à nous en se basant sur nos propres besoins. L’Afrique Francophone à tout, il nous faut plus pousser l’innovation et encore que les jeunes entrepreneurs puissent être assez ouvert coté Mindset. Les KENYA n’ont pas attendu les autres pour créer MPESA, les Rwandais aussi avec TAP and Go ou les drones pour livrer des poches de sang dans les districts difficile d’accès. Ils ont pensé à des solutions qui peuvent régler leurs propres problèmes pourquoi pas nous autres?

Je pense que le tout est qu’est-ce que nous avons besoin ? Comment le développer nous-même et après si on peut le vendre au reste du monde entier c’est top…

  • Quels sont les domaines d’activités qui marchent le plus en Afrique pour la nouvelle génération ?

L’agriculture reste un domaine attractif avec des opportunités, les services aussi à travers le digital mais surtout les services via le mobile ça va encore exploser donc il nous faut dès maintenant accompagner des champions dans ses domaines.

  • Quelles sont les leçons que l’Afrique de l’ouest doit prendre de l’Afrique de l’Est par rapport aux succès de leurs Startups ?

L’ouverture coté mindset et surtout l’opportunité d’affaire se basant sur les besoins à la base et là encore je reviens sur le *U Process* avec un pilier essentiel qui est l’observation de son environnement qui est essentiel afin de détecter une idée d’affaire.

  • Avec le développement de l’e-commerce dans le monde comment l’Afrique doit s’y prendre ?

Plus en adaptant ses moyens de paiement au contexte et plus utiliser le mobile banking qui par ailleurs commence à se développer sur le continent. Le potentiel est là et la ruée va continuer donc à nous de le prendre comme avantage.

  • Pour terminer selon vous, quel Top 10 des pays africains qui travaille le plus pour accompagner les entrepreneurs à réussir ?
  1. Tunisie
  2. Botswana
  3. Afrique du Sud
  4. La Namibie
  5. Maroc
  6. Egypte
  7. Rwanda
  8. Kenya
  9. Ghana
  10. Nigeria

Vous verrez qu’on est (Sénégal) à la traîne, il nous faut encore plus travailler, plus d’efforts dans la synergie et moins de communication car quand nous réussirons les actions parlerons d’elles-mêmes…

Read Previous

C’est quoi un business Plan par Adoul Aziz THIOYE (Version Wolof)

Read Next

De la Nécessité de Décentraliser les Services d’Accompagnement en Entrepreneuriat dans les Zones Rurales

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *