L’INTERVIEW – Aliko Dangote l’homme le plus riche d’afrique

Marie-Angèle TOURE: Merci M. Dangote de nous recevoir ici.

Aliko Dangote: Merci à vous d’être venue.

Comment menez-vous vos affaires avec les autres pays du continent africain ?

Nous le faisons en fonction des besoins de ces pays. Puis, nous essayons de nous assurer que nous répondrons à leurs besoins en matière de ciment. Et d’après ce que j’ai pu constaté, les pays africains importent beaucoup de ciment. Nous essayons de répertorier tous les pays d’Afrique subsaharienne où il y a un réel déficit en matière de ciment et nous essayons de voir comment intégrer leurs marchés en utilisant leurs propres matériaux tout en préservant les réserves de change en créant des emplois et en leur permettant d’obtenir du ciment à un prix abordable. Donc, nous créons des emplois et de la prospérité et ce partenariat est gagnant-gagnant. Il est évident que nous en tirerons des bénéfices mais le pays économisera de l’argent. Et en créant des emplois, nous facilitons l’activité économique dans le pays.

follow Comment êtes-vous parvenus à vous intégrer dans ces pays francophones quand on sait que les cultures sont différentes ?

Il est vrai que ce sont des pays dominés par des français. C’est vrai, cela a été difficile. Vous avez dû lire les difficultés qu’on a pu avoir au Sénégal à cause d’un concurrent qui se trouve être français alors que nous sommes anglophones. Mais, tout cela est derrière nous parce que les difficultés ne nous arrêtent pas. Nous aimons les défis et nous avons eu les mêmes problèmes dans d’autres pays. En Tanzanie par exemple où nous avons été au tribunal pendant trois ans.

follow Les tanzaniens étaient-ils suspicieux ?

Oui, ils l’étaient, c’est un projet que nous avons annoncé en 2007 et la perception sur place des tanzaniens n’était pas bonne. C’est l’Afrique qui investit en Afrique, ce n’est pas commun. Où que nous allions, lorsque nous annonçons des projets d’un montant avoisinant les 400 millions de dollars, ils ne nous croient pas. Ils pensent que c’est une arnaque nigériane. Mais nous sommes très tenaces, nous savons ce que nous faisons et nous maintenons notre position.

Pensez-vous pouvoir changer la mauvaise image que certains africains pourraient avoir des nigérians ?

Oui, nous sommes en train de changer cette perception. On dit que la perception va au-delà de la réalité si elle n’est pas rapidement corrigée. Nous sommes une grande compagnie du continent africain qui a investit sur le continent dont les investissements sont importants. Cette perception a radicalement changé parce qu’ils se sont rendus compte que ce que nous promettons, nous le réalisons même dans les pays où nous nous sommes vraiment battus jusqu’à la Cour suprême. Nous avons réussi à calmer la tempête avec succès. Nous ne disons pas que la tempête s’est définitivement calmée, mais nous continuerons. Nous avons une stratégie agressive et nous n’avons pas peur des épreuves lorsqu’il s’agit des affaires.

La diversification est-elle votre clé de succès ?

Oui. Il n’y a aucune affaire qui ne soit soumise à certaines difficultés. Mais si vous avez différents types d’activités, il sera difficile d’avoir des problèmes partout. Nous ne sommes pas seulement dans le ciment, nous sommes aussi dans l’agro-alimentaire. Donc, si l’agro-alimentaire se porte mal, le ciment se portera bien. Nous sommes également dans le pétrole, le gaz, la pétrochimie. Nous sommes aussi dans les fertilisants et aussi dans la construction. Par exemple, dans le domaine du ciment, nous serons bientôt dans 16 pays. D’ici un an et demi ou deux, nous serons à 65 millions de tonnes. La prochaine étape sera la raffinerie et d’ici la fin de sa construction, la plupart de nos voisins (sans compter  le Nigéria) seront capables de répondre à la demande en matière d’autres produits, qu’il s’agisse de pétrochimie, polypropylène, polyéthylène, nous serons le plus grand complexe pétrochimique.

Comment réagissez-vous devant ces pays africains dont les économies sont dominées par les relations avec des compagnies occidentales ?

La différence entre les pays francophones et le Nigéria, c’est que nous avons pris notre destin en main. Nous contrôlons l’économie de notre pays. Je m’excuse auprès des personnes à qui cela pourrait déplaire. Mais, nous contrôlons notre économie. Ce qui n’est pas le cas de la plupart des pays francophones où les nationaux n’ont aucune emprise sur leur économie. Ces économies sont contrôlées par des étrangers qui parfois même dictent leurs termes et leurs conditions aux gouvernements.

Nous pensons que nous sommes capables de rectifier cela en allant dans différents pays et en investissant dans ces pays, parce que ce sont des pays où il y a encore une dizaine d’années, il n’aurait pas été possible pour un nigérian d’aller dans un pays comme la Zambie ou encore le Sénégal et investir 400 millions de dollars.

Le type d’investissement que nous mettons en place nous permet de ne pas mettre de pression sur les institutions financières nationales, parce que nous n’empruntons pas d’argent local. Nous ramenons notre financement du Nigéria à 100%. Et nous l’injectons dans le pays, donc il n’y a pas un seul centime qui sort de ce pays.

C’est une grande opportunité. Les autorités devraient vous accueillir les bras ouverts ?

Il le faut et ils le font. Un pays où nous pensions qu’il serait difficile de nous implanter est le Cameroun parce que les relations entre nos deux pays étaient difficiles. Mais, nous avons reçu un chaleureux accueil. Le Président nous a reçu avec tous les honneurs alors que nous ne nous étions jamais rencontrés. Nous ne nous sommes rencontrés qu’après, à Washington, mais le Premier ministre a été très présent et nous a facilité les choses. Les ministres de l’Industrie, des Finances, du Commerce, tous nous ont aidés. Toutefois, le meilleur pays en termes d’accueil reste l’Éthiopie.

Nous allons terminer cette interview par la question Joker. Êtes-vous fier de ce que vous faites ? Chaque matin au réveil, que pensez-vous de vous-mêmes, de ce que vous êtes en train d’accomplir ?

Je pense que notre compagnie a réalisé beaucoup de choses grâce à des personnes de qualité. Pour répondre à ta question, je suis heureux à mon réveil, mais pas totalement satisfait parce que nous avons beaucoup de choses à accomplir et nous les africains, devons libérer économiquement l’Afrique. Le seul moyen pour nous, de prospérer est que les  africains dirigent eux-mêmes leurs économies. Les étrangers verront ce que nous sommes en train de faire, et ensuite, nous rejoindrons. Nous ne pouvons pas nous développer seuls mais nous devons diriger.

Lorsque je regarde le futur, je deviens un homme encore plus heureux. Même si nous n’y sommes pas encore parvenus parce que regarder le futur et se dire que rien n’est impossible est plaisant.

Mais, parvenez-vous à vous donner un temps de répit ?

Oui, mais durant la période où nous nous sommes passés de la négoce à la production, par exemple de 1996 à 2009, je n’ai pas pris de vacances. J’essaye maintenant et je peux me permettre de prendre des vacances une fois par an. J’essaie de me reposer le week-end aussi, car j’avais pour habitude de travailler le samedi. Mais, j’essaie de prendre du recul et faire ce que j’aime le plus.

go to site Nos téléspectateurs sauront ce qu’il faut faire s’ils veulent réellement réussir. Merci.

Il faut leur dire que je travaille 18 heures par jour. Travaillez-vous aussi 18 heures par jour ?

Oui, nous le faisons tous à AFRICA24 TV. Merci de nous accueillir ici et de répondre à ces questions.

Read Previous

Le Style De Vie De L’entrepreneur : Du Fantasme À La Réalité

Read Next

Portrait de Thione Niang

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *